FLASH INFOS
Présentation de l’ENEM
  • STATUT  L’ECOLE NATIONALE D’ENSEIGNEMENT MARITIME :

L’enseignement maritime à Madagascar est ancien car elle existait depuis 1962, mais l’Ecole Nationale d’Enseignement Maritime de Mahajanga ou l’ENEM n’a été créée qu’en 1974.

C’est un établissement public à caractère administratif (EPA), doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière.

L’ENEM est placée sous la tutelle administrative et technique du Ministère chargé de la Marine Marchande et sous la tutelle financière du ministère chargé des finances.

  • MISSION DE L’ECOLE :

La mission de l’ENEM consiste à former le personnel aussi bien technique qu’administratif nécessaire au secteur maritime notamment le personnel navigant des navires et le personnel technique à terre.

  • ADMINISTRATION ET COMPTABILITE DE L’ECOLE :

L’ENEM est administrée par un Conseil d’administration dont les membres sont nommés par arrêté du Ministre chargé de la Marine Marchande sur proposition des départements ou organismes concernés.

La présidence du conseil d’administration est tenue par le ministre chargé de la Marine Marchande ou de son représentant.

En tant qu’établissement public à caractère administratif, c’est la Comptabilité générale qui est applicable à l’ENEM.

La comptabilité et la gestion de la trésorerie sont confiées à un agent comptable nommé par le Ministre chargé des finances conformément à règlementation en vigueur.

  • FINANCEMENT DE L’ECOLE :

Les dépenses d’exploitation de l’école se chiffrent environ à 400  millions d’ariary par an.

Le financement de l’école est constitué des subventions du Budget Général et les recettes provenant des activités propres de l’ENEM.

  • PERSONNEL DE L’ENEM :

Le Directeur de l’école est une personnalité maritime nommée par décret sur proposition du Ministre chargé de la Marine Marchande et après avis favorable du Conseil d’Administration.

Actuellement, le Directeur est Monsieur ANDRIAMPARANTSOA Bruno, Officier de la Marine Marchande, diplômé en Master in Fleet Management.

Les enseignants : les enseignants sont des anciens capitaines de navires, des officiers de la marine marchande ou des personnes ayant des compétences particulières telles que les ingénieurs en construction navale, ingénieurs halieutiques, les médecins, les professeurs d’Anglais, etc.…

Ils peuvent être permanents ou vacataires.

Nombre d’enseignants :

– permanents : 7

– Vacataires : 3 plus une équipe de médecins pour les formations en secourisme et hygiène

Personnel administratif : le personnel administratif compte 17 personnes.

  • CAPACITES DE L’ECOLE:

Avec ses 6 salles de classe, l’école peut accueillir environ 120 élèves.

La capacité de l’internat est de 100 pensionnaires environ.

  • HISTORIQUE DE L’ECOLE :

La formation maritime à Madagascar existait depuis 1962 mais l’école n’a été créée qu’en 1974.

Depuis sa création, l’école a formé des marins qui ont su se faire de bonnes réputations aussi bien au niveau national qu’international.

Environ, 800 officiers ont été formés à l’école.

Mais depuis 1995, l’Ecole a dû suspendre les formations au commerce en raison de la non-conformité par rapport aux normes de la convention internationale STCW-95 (Standard Training, Certification and Watchkeeping) de l’Organisation Maritime Internationale qui était entrée en vigueur en ce moment.

Néanmoins, elle a continué de dispenser les formations des marins pour le secteur de la pêche et les stages complémentaires.

En 2007, grâce aux efforts de l’Etat Malgache, des Etats a mis en occurrence le Canada et la France ( Lycée Maritime de Nantes ) ainsi que des partenaires privés ( la société MITCSL et l’Association des Amis de l’ENEM), l’école a pu reprendre les formations de hauts niveaux des officiers au commerce à la suite des remises à niveau pédagogique et matériel conformément aux standards de la convention internationale STCW-95.

Une partie des infrastructures a été réhabilitée et l’école a fait l’acquisition de plusieurs matériels pédagogiques dont le simulateur passerelle, le simulateur machine, le laboratoire de langue et des moteurs d’occasion pour l’atelier Diesel.

Un assistant technique dépêché par l’ambassade de France a aidé l’école à la mise en place   du système qualité requis par la convention STCW-95.

  • BILAN D’ACTIVITES DE L’ECOLE EN 2013 :

En formation initiale, l’école n’a organisé que la formation de Patrons de petites Unités.

Les autres formations initiales ont été suspendues en raison de la difficulté des élèves à trouver des navires pour leur stage embarqué.

Le nombre total de stagiaires qui sont passés à l’ENEM a baissé considérablement en 2013 en raison de la suspension de la formation en initiation maritime.

La raison en est que l’ENEM a formé depuis 2007 environ 3000 élèves alors que les opportunités d’emploi sont très rares. Environ 200 stagiaires ont pu trouver un emploi.

BILAN D’ACTIVITES DE L’ECOLE EN 2013

  • PROJETS :

1- augmentation de la capacité de l’école pour accueillir plus d’élèves

2- délocalisation de certains stages et formations dans d’autres villes portuaires en fonction des demandes notamment à Toamasina et à Nosy-Be.

3- ouverture de l’ENEM aux élèves de la région du Sud Ouest de l’Océan Indien.

4- ouverture de la formation en hydrographie

  • POLITIQUE DE LA FORMATION MARITIME :

La politique de la formation maritime est considérablement dépendante des objectifs de l’industrie maritime notamment ceux du transport et de la pêche.

Actuellement, la flotte malgache est très mal garnie. Nous n’avons plus de navires au long-cours et au cabotage national. Notre commerce international est entièrement assuré par les pavillons étrangers.

Au niveau cabotage national, la flotte est très vétuste car l’âge moyen des navires est de 30 ans, n’offrant plus ni la sécurité ni la fiabilité.

Au niveau pêche industrielle, la flotte est considérablement réduite en raison de notre orientation de la politique de la pêche qui est concentrée uniquement sur la pêche de crevettes.

D’où, l’ENEM est actuellement utilisée en dessous de sa capacité car le besoin en marins est très faible et il y a très peu de créations d’emploi.

La plupart des marins que l’ENEM forme, trouvent leur embarquement au marché international de l’emploi. Mais c’est un marché très restreint car aujourd’hui, nous n’avons pu placer qu’environ 2500 marins.

La reconstitution de la flotte malgache permettra aux marins malgaches de trouver des embarquements. Ceci permettra des créations d’emplois par conséquent des demandes de compétences. D’où la relance de la formation.

Il faudrait en même temps également, renforcer le marketing pour l’emploi de nos marins à l’étranger qui constitue une entrée de devise pour le pays.

  • CONCLUSIONS :

Avec la reprise des formations de hauts niveaux, la relance de l’ENEM est effective. Mais il reste beaucoup à faire notamment la mise en place et la mise en oeuvre effective du système qualité.

La réhabilitation de l’école continue et l’augmentation de sa capacité d’accueil est en projet ce qui permettra de l’ouvrir aux élèves de la région du Sud Ouest de l’Océan Indien et de diversifier les formations dispensées selon les besoins de l’industrie maritime.

A blog about Wordpress design, development , Software and inspiration http://themesharebd.blogspot.com